Un homme comme les autres...
ou presque








commandez en ligne dès maintenant
 ici






lire un extrait







La Sentinelle moustachue
Martine Dufossé-Taravel
ISBN 9782373970562
format 135 x 210  300 pages
prix public TTC  18 €
commander en ligne
Le texte
Lorsqu’on avance en âge, comment vivifier la part d’enfance qui reste en soi ? Comment stimuler ses facultés d’enthousiasme ?
À prés de soixante ans, sur le point de trouver une méthode pour y parvenir, Edouard D manget tente une singulière expérience. Soudain, tout lui échappe. Il se sent rattrapé par la fragilité de son destin. Quelques heures plus tard, passée la stupeur, son entourage ne cessera de s’interroger…
Car le grand homme de la famille, cet historien renommé, est aussi un personnage secret. Comme l’était déjà le petit garçon dont il n’a jamais tout à fait cessé d’endosser les habits…
Sous le ciel de Paris, comme sur les bords de Loire, même dans les moments de gravité du récit, l’énigmatique Sentinelle Moustachue ne cesse de veiller. C’est ce petit automate qui entraîne le lecteur dans l’imaginaire de l’académicien et de ses proches. Ce roman est construit comme un roman policier. Les premiers chapitres nous montrent un homme au comble de l’excitation. À la veille de ses 60 ans, seul et entouré de quelques uns de ses jouets de collection, il découvre le petit automate appelé « Sentinelle moustachue » avec une joie indicible. Son entourage va alors se poser à son sujet un certain nombre de questions…
Le sujet de ce roman n’est pas anecdotique. À une époque où ceux qui ont la chance de triompher des maladies vivent de plus en plus longtemps, il semble intéressant d’explorer de nouvelles pistes pour stimuler l’appétit de vie. Comme celle qui consiste à exploiter les émotions reliées à la mémoire, illustrée ici par l’aventure de cet homme de réflexion.
 
L' auteur
Martine Dufossé-Taravel a longtemps vécu à Angers où elle a été chargée de cours à l’Université. Elle s’est fait connaître par la publication d’un essai littéraire sur « Les Bazin et la Province d’Anjou. ». Depuis, elle a participé à plusieurs colloques sur Herve- Bazin, ou, comme en 2016, sur René Bazin. Ses romans sont écrits d’une plume alerte et musicale. Ils ont en commun une approche psychologique des personnages qui relève de l’art du portrait, et une sensibilité aux paysages, en particulier à ceux des bords de Loire. Là où elle continue de vivre lorsqu’elle ne réside pas à Paris.